Fumer tue. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.


Cliquez logo pour Retour
Club
Cigares & Compagnie

Le Tabac

Nicotiana tabacum
Discours du 1er septembre 2005
La suite "Nicotine" le mois prochain

Mes cher(e)s ami(e)s,

Vous l'attendiez pour certains, vous le redoutiez pour d'autres, voici votre discours présidentiel.
Mais en cette période de rentrée scolaire, c'est en professeur, que dis-je en Maître-Conférencier Docteur es "Cigare" que je vais vous parler pour un cours de science naturelle et pas surnaturelle donc pas de science fiction pour cette fois. Ce soir, je vais vous enseigner "le tabac".

En effet, chers amis, chers collègues, cher invité et chers élèves ce cigare à l'origine de voluptueux moments est un assemblage, savant au demeurant, d'une plante nommée "Nicotiana tabacum" le Tabac. Et c'est en vous en parlant que j'espère en faire un (tabac).

Originaire d'Amérique du nord, le tabac, est une plante de la famille des solanacées qui signifie "les consolantes", déjà tout un programme !
Mais qu'elle est donc cette famille qui compte en ses membres ce fameux tabac ? Et qui en sont les cousins et cousines ? Et bien voici des éléments de réponse qui vont en étonner plus d'un.

Les Solanacées sont une famille de plantes angiospermes-dicotylédones, rangées dans l'ordre des Tubiflorales ou des Solanales, qui tend aujourd'hui à être distingué de celui des Tubiflorales notamment de par sa…
Ha ! Pardonnez-moi, j'ai attaqué mon cours pour thésards alors que l'auditoire est d'un niveau… plus primaire. Je vais être également plus primaire et vulgariser… sans être vulgaire.
Les Solanacées sont des plantes herbacées… des plantes en forme d'herbe, d'arbustes ou de petits arbres. Ca va là ?
La famille des Solanacées comprend 66 genres avec plus de 2 500 espèces qui vivent dans les régions tropicales et extra-tropicales principalement en Amérique centrale et en Amérique du Sud où certains genres n'ont pas de représentants en Europe et en Asie.
Les Solanacées sont dites rudérale (qui aime les décombres). Effectivement elles sont fréquentes dans les endroits abandonnés tels les terrains vagues, les bois humides ou pierreux, les haies et donc les décombres.
Dans les Solanacées, nous allons distinguer 3 variétés particulières :
Les plantes ornementales, les plantes comestibles et les plantes médicinales.
Les solanacées ornementales et de nos jardins sont les physalis (coqueret) appelée également couronne du Christ, les daturas, les pommiers d'amour et les pétunias. Et oui, ces plantes communes sont des cousines du tabac.
Mais plus étonnant encore, les solanacées comestibles de nos potagers que sont la pomme de terre, la tomate, l'aubergine, le poivron et le piment sont également tous cousins du tabac.
Et enfin les solanacées médicinales où se trouve notre Tabac avec également la mandragore, la belladone, la jusquiame, la morelle ou la stramoine.

Sachez que les solanacées ont longtemps supporté une réputation sulfureuse de sorcellerie et étaient l'apanage outre des sorcières, des rebouteux, apothicaires et autres herboristes. En effet, ces plantes contiennent des alcaloïdes plus ou moins puissants et certaines en sont vénéneuses. Bien sûr, les parties comestibles en sont exemptes.
Ainsi la Belladone appelée aussi Morelle furieuse, cerise du diable ou herbe empoisonnée, avec ses appétissantes baies noires contient de l'Atropine, poison déjà connu au moyen-âge. La Datura Stramoine appelée pomme épineuse, herbe aux magiciens, herbe à taupe, herbe du diable contient de l'atropine et de l'hyoscyamine. La Jusquiame appelée mort aux poules, fève à cochon contient de l'hyoscyamine, de l'hyoscine ou scopolamine. Mais si ces plantes portent à juste titre ces surnoms, l'Aubergine s'appelait pomme des fous, pomme malsaine. Dans les variétés de Morelles : la Morelle douce-amère est appelée crève-chien, herbe à la fièvre, la Morelle noire : raisin de loup, amourette, la Morelle de Balbine est appelée tomate épine alors qu'elle est comestible tout comme la Morelle tubéreuse notre pomme de terre appelée aussi tartuffe ou Parmentière dont on connait justement les difficultés de Monsieur Parmentier pour l'imposer dans l'alimentation ! Les tomates, appelées pêche de loup, eurent longtemps la réputation d'être une plante contenant des substances narcotiques et vénéneuses et n'étaient cultivées que comme plantes décoratives. D'autres avec leurs vertus bénéfiques telle la Mandragore appelée grande dame, bonne mère dont un alcaloïde, la podophyllotoxine, par deux de ses dérivés, est utilisée en chimiothérapie.

Et pour prouver que les mentalités changent, le Tabac lui fut mis au rang des plantes médicinales : l'explorateur André Thévet (16ème siècle) nous parle de ses vertus : "Ils (les Brésiliens) ont une herbe fort singulière qu'ils appellent Petun, laquelle est très utile à plusieurs choses. Ils la cueillent avec soin (...). Elle estant séche, ils en enveloppent quelque quantité dans une feuille de palmier fort grande en faisant un rouleau de la longueur d'une chandelle, puis mettans le feu par un bout, en hument la fumée par la bouche, et la rendent par le nez à cause qu'elle attire et fait distiller les humeurs superflues du cerveau et mesme fait passer la soif et la faim pour quelque temps (...).

Le Tabac était alors appelé herbe à la reine car il fut utilisé pour guérir les migraines de Catherine de Médicis en 1560, envoyé par Jean Nicot, sieur de Villemain alors ambassadeur à Lisbonne (Portugal) et donc aussi appelé herbe à Nicot qui donnera le nom officiel de la plante : Nicotiana. Appelé aussi herbe à tous maux car il sert de remède pour divers maux (préconisé aux dames du second empire contre leur constipation !) avant d'être utilisé pour le plaisir, par l'intermédiaire d'une pipe en Angleterre au XVIIe siècle ou sous forme de chique ou de prise, puis de cigares, enfin à partir du XIXe siècle sous forme de cigarettes.

On admet qu'il existe plus de soixante espèces différentes de NICOTIANA, classées en trois sous-genres :
- Nicotiana RUSTICA, neuf espèces, toutes originaires d'Amérique du Sud. Ce sont des herbes vigoureuses, parfois même des arbustes; que les Indiens cultivaient du Chili au Québec.
- Nicotiana TABACUM espèce qui rendit célèbre l'île de Cuba, six espèces, elles aussi d'Amérique du Sud ; dans la sous-section Géminae, se trouve le plus grand nombre de tabac cultivé, des hybrides issus de sélections et des OGM, qui sont inconnus à l'état sauvage.
- Nicotiana PETUNIOIDES, 45 espèces, beaucoup plus hétérogènes et éparses sur la planète.
Seuls Nicotiana RUSTICA et Nicotiana TABACUM ont un intérêt économique. Ce dernier représente 90% de la production mondiale. La diversité de ce groupe tient en partie aux méthodes de culture et de traitement, mais surtout aux sélections effectuées par l'homme. NICOTIANA RUSTICA est lui un tabac fort de qualité moindre, qui provient surtout des pays de l'Est, de l'Afrique du Nord, et de l'Italie.

Mais le tabac est également la plante favorite des généticiens, car il incorpore très facilement un matériau génétique étranger et ainsi devenir un OGM. Il pousse et se reproduit rapidement et, contrairement au maïs, sa fécondation est facilement contrôlable. De plus, le tabac utilisé (Nicotiana Tabacum) ne se croise pas spontanément avec des espèces d'un autre genre que Nicotiana. Même à l'intérieur de ce genre, les croisements inter-espèce spontanés sont extrêmement rares. Et le tabac à un coût de production faible pour un rendement élevé ! A ce titre, le tabac est un super bio-réacteur très compétitif, un support magnifique pour la recherche et les découvertes médicales parmi lesquelles nous pouvons citer :
* Le travail sur un vaccin contre le virus responsable du cancer cervical, par la synthèse d'une protéine assurée par des feuilles de tabac génétiquement modifiées.
* Une équipe de biologistes français annonce avoir réussi à faire produire de l'hémoglobine humaine par des plants de tabac génétiquement modifiés.
* L'américain Planet Biotechnology a eu recours au tabac pour produire le CaroRX, un anticorps agissant contre les bactéries à l'origine des caries dentaires.
* L'américain CropTech l'utilise pour produire une protéine qui inhibe la croissance des cellules cancéreuses.
* La création en région aquitaine d'un centre de production de protéines à haute valeur ajoutée, issues du tabac, à applications diagnostiques, pharmaceutiques et agro-alimentaires.
* (juin 2005) le tabac pourraient servir de support à la production d'un vaccin contre le virus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), pneumopathie atypique très sévère.
Etc etc…

Alors reconnaissons à cette plante les vertus qui lui reviennent et humblement, acceptons la sagesse de nos anciens pour voir en ce cigare un médicament qui attire et fait distiller les humeurs superflues du cerveau.

Christophe Buet
Le 1er septembre 2005, Club Cigares & Compagnie - Toulouse

Nicotiana tabacum
Copyright© 2005, reproduction autorisée avec la mention suivante :
"Christophe BUET - Club Cigares & Compagnie - Toulouse"

Haut de Page