Fumer tue. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.


Cliquez logo pour Retour
Club
Cigares & Compagnie

Soirée Gala,
le 13 septembre 2008

Cigares & Compagnie
de Toulouse et
L'Aficion du Havane
de Nîmes

Les origines de Nîmes et de son Club Cigares
Chers amis,

Voici donc notre Soirée de Gala 2008, la seule soirée qui a la chance de commencer par un discours du président. Mais ne vous inquiétez pas, je ne serai pas long, je ne vais pas vous faire un roman !
Alors d'abord MERCI à toutes et à tous d'être là ce soir. Merci aux membres organisateurs qui chaque année se dévouent aux préparatifs pour notre plus grand plaisir, je voudrais ici saluer notamment les membres du bureau de direction qui chaque fois jouent le jeu et sont toujours tous présents aux réunions de travail préparatoires, je veux citer : Éric R. (le grand Vizir), Cathy P. (la Vizirette), Jef P. (le moyen Vizir), Éric G. (Ali Baba la Comptable), Yves G. (le secrétaire), Pierre-Yves S. (l'écossais) et Pascal L. (le Barde). On peut les applaudir, ils le méritent.
J'ai d'autant plus de plaisir à ouvrir cette soirée que pour 28 d'entre-nous, nous avons déjà commencé notre journée de fête par la visite sympathique de la fabrique de NAVARRE à Navarrenx et en avons ramené… des cigares bien sûr mais surtout Laurence et Noël qui nous font l'honneur d'être des nôtres ce soir et nous les applaudissons bien fort.
Mais nous avons également parmi nous quelques têtes de touristes qui méritent qu'on les présente. Ce sont nos amis némausussiens, dit aujourd'hui nîmois ! Voici donc le président Guy dit Guitoune ou la Tante, Nicole dite Nini ou mamie Nyl, son homme Gérard dit Gégé le bourguignon, Bernard dit Pupu le matador, Michel dit Mimi la dent dure, sa femme Elisabeth dite Babeth qui sans être factrice a des lettres, leur fille Émilie dite Lilie qui en permanence banque, son mari Guillaume dit Guigui le blagueur, le boute-…en-train, Bernard dit Nanard l'infirme… heu l'infirmier, le taurin des ballons de rouge !
Je me dois maintenant de vous livrer leurs origines. Cela commença par le fils d'Hercule , Nemausus, qui fondit cette cité, d'où le nom antique. Ils devinrent colonie romaine de césar auguste pour échapper aux invasions des tétons heu teutons. De là vint leurs symboles : le palmier et le crocodile, représentant la soumission de l'Égypte à Rome.
C'est à cette époque que le chef Marcus Vipsanius Agrippa sa belle… Marcus Vipsanius Agrippa agrippa sa belle Odile Sionne en lui disant : "vient toucher mon palmier que je te croque Odile" !
Il n'était pas roi mais pourtant Odile fut la reine de Nîmes. Un peu fantasque, et n'ayant pas de problème d'argent puisque son mari faisait frapper des pièces de monnaie à son effigie. Un as cet homme, l'as de Nîmes. Odile voulut une maison différente des autres qui vivaient alors dans des huttes rondes. Elle fit construire une maison carrée. Quelle idée ? Les gens disaient c'est le carré d'as ! Un peu plus loin Odile voulut une grande tour que l'ouvrier trainait à construire. Alors elle le houspillait ainsi : allez la tour, magne ! Puis, pour surveiller les heures de rentrée tardives de son mari, elle fit construire une grosse horloge qui, bien sûr ne tint pas dans sa cuisine et dût la placer en extérieur sur une tour, de l'horloge. Pour aller faire son marcher, elle dansait dans les rues une danse ibérique idéale pour se déplacer dans Nîmes : le Tango. Puis pour être plus à l'aise, elle fit réaliser par son tailleur, Jean Bousquet, aussi éleveur d'oiseaux régionaux les cacharels ; des pantalons avec une toile résistante qu'elle nomma du prénom de son tailleur : Jean (la toile denim) ! Tout allait bien, mais les vents violents du mistral terrorisaient la belle Odile. Pour rassurer sa fée, Marcus lui dit que les vents étaient bénis puisque c'étaient le souffle des dieux et des anges. Alors la fée ria des vents d'anges et fut rassurée. Marcus en profita pour engrosser la mère Sionne qu'on appela alors l'enceinte romaine, qui donna naissance à Épila, Épila Sionne, qui racontait toujours des blagues.
Et comme vous savez que moi aussi j'ai toujours des blagues, si Gégé, j'ai ! Quoi ? Nini nie ? Et Pupu…
Donc, je vais finir par ces derniers bons mots mon discours :
Chaque fois que quelqu'un croisait Épila Sionne, il ne pouvait s'empêcher de lui demander la dernière histoire drôle, la blague du jour. C'est depuis qu'est restée à la postérité la célèbre phrase que nos amis, ici présents, ont repris à leur compte :

"La fille Sionne, tu as vanne ?"


Christophe BUET, Calife du Club Cigares & Compagnie
Copyright© 2008, reproduction autorisée avec la mention suivante :
"Christophe BUET - Club Cigares & Compagnie - Toulouse"

Haut de Page