Fumer tue. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.


Cliquez logo pour Retour
Club
Cigares & Compagnie

Le Jardin d'Eden

Comme quoi chaque membre du Club est cultivé


Mes chers amis,

Vous m'avez réélu aux fonctions de Président du Club sans doute pour mes discours qui vous permettent une évasion ne serait-ce qu'un instant que vous jugez bien sûr trop court.
Je ne pouvais donc vous en priver et à votre grande satisfaction je vais ce soir vous régaler.
En effet, cette nuit j'ai fait un songe que je voudrais vous relater.
Alors que mon esprit vagabondait de questions existentielles en questions philosophiques, notre bon vieux Club Cigares & Compagnie s'immisça dans ma farandole d'interrogations en projetant cette image du spectre du Président, sceptre en main, qui dirige à la destinée de ses ouailles. Mais finalement, quelle est ma mission en cette fonction, vers quel dessein suis-je chargé de conduire ces membres si dévoués et en quête de vérité ? Alors je réfléchis à l'amélioration des repas, de meilleurs cigares à moindre prix, plus… ou moins de filles au Club ; bref à tant de points pratiques de la vie de notre communauté, quant une personne se tient à mes cotés. Surpris je fais un léger mouvement de recul puis dévisageant l'intrus j'ai la désagréable surprise de me voir ! Je me regarde aussitôt : oui je suis bien là et pourtant je suis aussi à coté, les yeux dans le vague. Une illusion ? Avançant lentement la main pour "toucher" cette vision, il… enfin je… enfin lui, me dit, sans même me regarder : "Est-ce cela que tu dois leur offrir ?" "Je ne sais pas ?" Répondis-je faisant semblant de n'être ni surpris ni impressionné. Tendant la main en avant, d'un mouvement circulaire il me montre le paysage qui s'étend devant nous à perte de vue et me demande : "que vois-tu ?" "Une terre en friche, un terrain vague." "C'est le Club Cigares & Compagnie" reprit-il, "chaque parcelle de terre est un des membres et c'est à toi de les transformer en jardin d'Eden." "Mais comment faire ?" "Ta mission est de les cultiver." "Les cultiver… c'est à dire accroître leur culture, être leur maître penseur, faire de ce Club le Jardin d'Epicure ? " " Non Christophe, tu n'es pas leur maître, tu es leur jardinier et commence vite ton œuvre car la tâche est grande." Et finissant sa phrase, il se tourne enfin vers moi, me souri et s'avance, mais sans s'arrêter, il me traverse ou plutôt disparaît en moi puisqu'il n'est plus là. Alors regardant alentour, je vis le travail qui m'attendait et sans plus attendre me mis à l'ouvrage.

C'est vrai que ces parcelles sont en triste état, j'y voie des navets, beaucoup de courges quelque peu défraîchies et même un radis (RADI) (rabougris), variété de Mekhnès. Avec ces pommes de terre et carottes on pourrait y faire un navarin (NAVARRE) en ajoutant aussi ces feuilles de laurier pelées, on a redit (LEONARDI) souvent que c'est ce qui en rehausse le goût. J'y trouve des arbres rabougris et ce chêne à gui l'air abattu (AGUILERA) ! Quel constat ! Zut (STAZZU) ! C'en est trop, je prends mes outils de jardinage, mon panier (PAGNIER) de graines et mon courage à deux mains car il y a une palanquée (PALANQUE) de travail. Je marche alentour (MARCHAL) et passant le long des roses (LONDERO) je sais que tout n'est pas perdu. Même les oiseaux viennent m'encourager, notamment cette pie, robe (PIRAUBE) noire et blanche, qui jacasse à n'en plus finir et se déhanche en tentant de me singer (SINGER), tout en lorgnant sur un charmant coléoptère (ARMENGOL) qui s'éclipse sans languir, à hauteur (GUIRAO) d'un trou. Maintenant le travail avance à grand pas, je casse tanières (CASTAGNIER) abandonnées, arraches les herbes folles, me dépense sans compter au risque de me luxer (LUTZ) un muscle. Sous la lumière (LALUE) du soleil levant, les déchets s'amoncellent pêle-mêle formant un tas où y gît lys (GILLIS) fané et fruits gâtés comme ces baies que gobent (GAUBE) ces merles de manière qu'à (MANIERKA) 6 ou 7 volatiles, ils m'en ont vite débarrassé. Après le labourage il faut semer, planter, mettre l'engrais et arroser. Toutes ces semences à la fois, sans trop li nigliger (SANDROLINI) pour autant. La terre est plus que fertile, car tout prend racine et pousse à grande vitesse. L'herbe hésite (HERBEZ) entre pelouse et massif. Déjà des arbres à élaguer, mais pas si nidification (PACINI) il y a ! Comme ce trou dans un tronc qu'un pic épeiche mâle obture, heure (THÜRER) de l'accouplement sans doute. Ou ce martinet zélé (MARTINEZ) qui dans son vol rapide happe le repas de sa progéniture. Les arbres bourgeonnent et déjà des fleurs se déploient de mille couleurs. Les arbres fruitiers ne sont pas en reste et c'est heureux que je voie mon fraisier (MONFRAIX) qui grandi (GRANDI) et s'épanoui. Ce rosier grimpant dont sa rose (SARRAU) la plus belle se penche vers moi comme pour me remercier.

Ainsi j'ai pu, j'ose (PUJO) le dire, réaliser grâce à vous tous, un jardin merveilleux.

C'était le but et… (BUET) j'en suis très fier !


Christophe BUET
Le 02 février 2006, Club Cigares & Compagnie - Toulouse

Copyright© 2006, reproduction autorisée avec la mention suivante :
"Christophe BUET - Club Cigares & Compagnie - Toulouse"

Haut de Page