Fumer tue. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.


Cliquez sur le logo = Retour
Club
Cigares & Compagnie

Ce site ne fait ni la propagande ni la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac
Cliquer ici pour lire les mentions légales sur le tabac

Le Cigare

Le cigare est le fruit d'artistes, alors ayons l'art de fumer le cigare.

Nous allons dans cette page parler du cigare sous toutes ses coutures, de technique de fabrication, de conservation du cigare avec la thermodynamique et l'hydrodynamique, de technique de coupe et d'allumage du cigare, de la dégustation et des alliances du cigare, bref, plein d'informations sur le cigare et de "bons" conseils.
Nous allons essayer de répondre à ces différentes questions : "Quels tabacs dans le cigare ?", "Le cigare et la nicotine", "Comment est fabriqué un cigare ?", "Comment fumer le cigare ?", "Comment préparer un cigare ?", "Comment couper un cigare ?", "Comment allumer un cigare ?", "Comment déguster un cigare ?", "Comment apprécier un cigare ?", "Quel cigare fumer ?", "Quand fumer un cigare ?", "Comment bien conserver ses cigares ?", "Quelles alliances avec le cigare ?", "Comment parler du cigare ?", ...
Mais tout cela n'a qu'un but, vous permettre d'affirmer et assumer vos goûts, car la clé du plaisir est propre à chacun de nous, fonction de nos expériences, et personne ne doit vous en imposer les règles. Alors...

Fumez le cigare comme vous aimez et aimez votre façon de fumer !

Les informations qui suivent sont données en toute bonne foi. N'hésitez pas à réagir aux différents articles tant pour les corriger, les modifier, les compléter, apporter une précision ou simplement un commentaire, une critique, une question, un doute ou nous dire votre appréciation générale ou sur des points particuliers. En fin de chaque article, un lien "Réagissez à cet article" vous ouvre une fenêtre de commentaires à votre disposition.

Le tabac, Nicotiana Tabacum
La Nicotine et Nous
Les feuilles de Tabac
La fabrication du Cigare
La conservation du Cigare
Pourquoi 70% d'humidité ?
Quand fumer et quel module ?
La coupe et l'allumage du Cigare
La dégustation du Cigare
Les alliances du Cigare
Les termes du Cigare


Le tabac, Nicotiana Tabacum

Le tabac, est une plante de la famille des solanacées, plantes herbacées en forme d'herbe, d'arbustes ou de petits arbres. Cette famille comprend 66 genres avec plus de 2 500 espèces qui vivent dans les régions tropicales et extra-tropicales principalement en Amérique centrale et en Amérique du Sud où certains genres n'ont pas de représentants en Europe et en Asie.
Dans les Solanacées, nous allons distinguer 3 variétés particulières :
Les plantes ornementales, les plantes comestibles et les plantes médicinales.
Les solanacées ornementales et de nos jardins sont les physalis (coqueret) appelée également couronne du Christ, les daturas, les pommiers d'amour et les pétunias. Et oui, ces plantes communes sont des cousines du tabac.
Mais plus étonnant encore, les solanacées comestibles de nos potagers que sont la pomme de terre, la tomate, l'aubergine, le poivron et le piment sont également tous cousins du tabac.
Et enfin les solanacées médicinales où se trouve notre Tabac avec également la mandragore, la belladone, la jusquiame, la morelle ou la stramoine.
Le Tabac était appelé herbe à la reine car il fut utilisé pour guérir les migraines de Catherine de Médicis en 1560, envoyé par Jean Nicot, sieur de Villemain alors ambassadeur à Lisbonne (Portugal) et donc aussi appelé herbe à Nicot qui donnera le nom officiel de la plante : Nicotiana. Appelé aussi herbe à tous maux car il sert de remède pour divers maux (préconisé aux dames du second empire contre leur constipation !) avant d'être utilisé pour le plaisir, par l'intermédiaire d'une pipe en Angleterre au XVIIe siècle ou sous forme de chique ou de prise, puis de cigares, enfin à partir du XIXe siècle sous forme de cigarettes.
On admet qu'il existe plus de soixante espèces différentes de NICOTIANA, classées en trois sous-genres :
- Nicotiana RUSTICA, neuf espèces, toutes originaires d'Amérique du Sud. Ce sont des herbes vigoureuses, parfois même des arbustes; que les Indiens cultivaient du Chili au Québec.
- Nicotiana TABACUM espèce qui rendit célèbre l'île de Cuba, six espèces, elles aussi d'Amérique du Sud ; dans la sous-section Géminae, se trouve le plus grand nombre de tabac cultivé, des hybrides issus de sélections et des OGM, qui sont inconnus à l'état sauvage.
- Nicotiana PETUNIOIDES, 45 espèces, beaucoup plus hétérogènes et éparses sur la planète.
Seuls Nicotiana RUSTICA et Nicotiana TABACUM ont un intérêt économique. Ce dernier représente 90% de la production mondiale. La diversité de ce groupe tient en partie aux méthodes de culture et de traitement, mais surtout aux sélections effectuées par l'homme. NICOTIANA RUSTICA est lui un tabac fort de qualité moindre, qui provient surtout des pays de l'Est, de l'Afrique du Nord, et de l'Italie.
Extraits de l'article "Le Tabac - Nicotiana tabacum". Retrouvez l'intégralité du texte avec ce lien

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


La Nicotine et Nous

En effet, le Nicotiana Tabacum en tant que Solanacée contient des alcaloïdes dont son principal est la nicotine, identifiée en 1809 par Vauquelin, dont la concentration est de 0,5 à 5% du poids sec des feuilles.
Quels sont alors les méfaits ou bienfaits de cette nicotine sur l'homme ?
Dans le cas de la cigarette, la fumée a une acidité qui ne permet pas à la nicotine d'être absorbée par les muqueuses buccales. Mais elle est inhalée et la nicotine pénètre par voie pulmonaire en une absorption extrêmement rapide qui amène un véritable "shoot" de nicotine au cerveau en quelques secondes et un taux qui croît jusqu'à un pic environ 10mn après. Cette rapidité d'absorption est responsable de la dépendance physique puissante qui s'installe chez les fumeurs de cigarettes. Pour le fumeur de cigare, la fumée n'est pas inhalée mais reste en bouche. Or les tabacs séchés à l'air (cigares et tabacs bruns) ont une fumée basique, alcaline dont les composants sont absorbés par les muqueuses buccales. La nicotine pénètre ainsi lentement dans l'organisme. En raison de l'absence de "shoot" de nicotine, il y a peu de risque de dépendance physique, la toxicité cardiovasculaire est faible et on peut considérer que la nicotine est en majeure partie éliminée après 1 à 4 heures selon les individus. Néanmoins, les produits toxiques contenus dans la fumée, à l'instar des goudrons, peuvent favoriser les risques de cancers locaux : bouche, lèvres et oropharynx.
Mais la nicotine n'en possède pas moins des effets bénéfiques, en particulier comme analgésique. Son mode d'action est utilisé en tant qu'anti-douleur dans le traitement de certaines démences comme la maladie d'Alzheimer.
Dans le cas du cigare, la nicotine irrigue le cerveau après 10 à 15 minutes. Substance psychoactive, elle possède un effet "éveillant", antidépresseur, euphorisant et participe au plaisir global du fumeur. En effet, outre les éveils gustatifs que nos papilles buccales vont tenter de déchiffrer lorsque l'on fait "rouler" la fumée en bouche et dont l'identification des saveurs utilise un vocable proche de celui des œnologues, le plaisir du fumeur sera bonifié par les effets de la nicotine.
Extraits de l'article "Le Tabac - La Nicotine". Retrouvez l'intégralité du texte avec ce lien

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


Les feuilles du Tabac

Le plant de tabac, destiné aux cigares, arrivé à maturité n'a pas de fleur. En effet, les bourgeons à peine visibles sont "pincés" ce qui bloque leur développement et permet aux feuilles de disposer de toute la sève de la plante. A gauche, plants de "corojo" de Salvador Carvajal à Hoyo de Mena (Pinar del Rio). Ils sont élevés sous serre de voile "tapado" afin de filtrer les rayons du soleil, plus d'un quart des feuilles serviront de cape. Autre variété de tabac : le "criollo" pour les feuilles de tripe. A droite, des plants au centre de recherche de San Juan y Martinez dont les fleurs sont enveloppées pour garder les graines et éviter la dissémination

La position de la feuille sur la plante (l'étage foliaire) influe sur son utilisation. On distingue de 3 à 7 étages foliaires sur un plant de tabac. La récolte se fait en plusieurs temps (tiempos) en commençant par les feuilles basses pour aller aux plus hautes. La force des feuilles croît de même. Les feuilles basses (volado) sont légères et servent principalement à la combustion du cigare. Les feuilles basses/moyennes (seco) ont plus d'arômes et sont encore légères, elles donneront en grande partie la palette aromatique. Les feuilles moyennes/hautes (ligero) sont plus nourries par la plante et plus ensoleillées, elles ont du corps et de la force. Enfin, les feuilles plus hautes (medio tiempo) sont plus grasses et plus épaisses et donneront plus de puissance. Mais plus on monte dans la plante, plus les feuilles nécessitent un long vieillissement. D'un minimum de 9 mois pour les volado, 18 mois pour les seco, 3 ans pour les ligero et 3 à 5 ans pour les medio tiempo. Ce temps peut varier suivant l'utilisation finale des feuilles. Tout commence par le séchage (de 20 à 50 jours) dans des hangars où les feuilles cousues par paire sont suspendues tête en bas. La ventilation du hangar est alors primordiale pour un séchage de qualité. Puis les feuilles sont empilées par catégorie et va débuter leur fermentation également très surveillée en terme d'humidité et de température. Cette fermentation peut être réalisée en 2, 3 voire 4 fois. Les feuilles sont généralement écotées (enlever la nervure centrale) après la première fermentation sauf pour les feuilles de cape. Cette fermentation va permettre à la feuille de concentrer ses arômes en favorisant la volatilisation d'une bonne partie de sa nicotine et de l'ammoniac, mais également de l'albumine, du chlore, du sucre, etc. Puis c'est le long mûrissement fonction du type de feuille et de sa destination.
Les photos (propriété du club) proviennent du voyage en février/mars 2007 à CUBA du Club. Retrouvez l'intégralité des photos avec ce lien

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


La fabrication du Cigare

     
Les différentes feuilles arrivent auprès du torcedor/torcedora (rouleur/rouleuse) triées en fonction de la vitole à fabriquer. La "liga" (mélange dont est fait le cigare) est (normalement) connu que par très peu de personnes. Le torcedor sait donc la proportion de chaque feuille à mettre dans l'assemblage. Après s'être assuré qu'aucune nervure ne subsiste, l'assemblage commence par les feuilles les plus puissantes (ligero) qui sont pliées en accordéon. Puis autour, les feuilles d'arôme (seco) et enfin, toujours à la périphérie et toujours en accordéon, les feuilles de combustion (volado). Ces feuilles composent la tripe et sont maintenues par deux demi-feuilles placées en oblique l'une par rapport à l'autre, la sous-cape, pour former la poupée. La sous-cape est collée par de la colle végétale (naturelle) inodore et sans saveur. Cette poupée est alors mise en moule pour être pressée de 30 minutes à 24 heures suivant la fabrique. En cours de presse, la poupée est tournée d'un quart de tour pour éviter d'être marquée à la jointure du moule. Par habileté, un torcedor peut rouler 90 à 120 cigares par jour sans qu'il y ait de différence notable de poids et de diamètre dans ses réalisations. Un bon grammage est aussi le gage d'un bon tirage. Après la presse, les poupées sont habillées de la (demi) feuille de cape, jolie et soyeuse, qui doit être sans défaut. Retournée pour avoir les nervures en interne, elle est découpée avec la chaveta (couteau arrondi) puis bien étirée. La poupée est alors présentée de biais pour être roulée délicatement. Lorsqu'elle n'est pas réalisée avec la cape qui dépasse, la partie la plus complexe réside dans la découpe et la pose de la tête (ou coiffe), donnant alors au cigare sont aspect si parfait. L'autre bout, le pied, est alors coupé à la dimension du module et les cigares seront ensuite triés par couleur de cape identique afin d'offrir une présentation homogène dans leur coffret, les bagues toujours à même hauteur. Depuis la sélection de la graine au cigare de votre boîte, autour de 300 manipulations humaines seront intervenues pour notre plus grande satisfaction.
Les photos (propriété du club) proviennent du voyage du Club en juin 2007 chez NAVARRE. Son photo-reportage a été mis en cause par DNF et est donc retiré du site dans l'attente du jugement.
Mais vous pouvez visionner les photos de notre visite de Navarre en septembre 2008 avec ce lien

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


La conservation du Cigare


De nos jours, les cigares sont congelés directement en fabrique ce qui élimine le problème de larves de lasioderme qui pourraient se développer et faire un festin de vos précieuses vitoles. Néanmoins, en cas de cigares douteux, congelez-les préventivement un minimum de 72 heures en prenant soin de les mettre sous plastique étanche afin qu'ils n'absorbent pas les odeurs du congélateur, puis un passage au réfrigérateur (24h à 48h selon le volume de cigares) pour une décongélation lente. S'il est trop tard, il existe des pièges à lasiodermes. Ce problème évité, notre principale préoccupation va être le maintien de l'hygrométrie de l'air environnante des cigares à 70% d'humidité relative (HR). La température n'a quasiment pas d'importance sur la conservation. Inférieure à 20°C, elle évitait l'éventuelle éclosion de lasiodermes. Le cigare, à 70% HR, continue sa maturation qui est ralentie au-dessous de 20°C et bien entretenue entre 20 et 30°C. Par contre, à température élevée, il faut plus d'eau pour maintenir le taux d'humidité. Les cigares seront conservés en cave dont les caractéristiques diffèrent selon la taille. Sur des petits modèles, il faut s'assurer de l'étanchéité du couvercle. Faites le retomber, l'air enfermé doit alors amortir sa chute en douceur sans choc violent. Sinon la cave va très vite s'assécher. Pour des grandes caves (> 300 cigares) et armoires, l'étanchéité ne doit pas exister, le volume d'air étant suffisant pour éviter l'assèchement. Les caves se doivent d'être, à l'intérieur, en matière neutre, l'idéale étant insectifuge (donc odorante) mais en harmonie avec le cigare. C'est le cas du cèdre d'Espagne (d'Amérique latine), le plus utilisé en la matière. Si possible, gardez les boîtes de cigares qui permettent une identification aisée de vos vitoles mais également une inertie aux variations hygrométriques. En effet, le bois et les feuilles de cèdre absorbent l'humidité et la rendent si l'air s'assèche. Pour humidifier vos caves, vous disposez de nombreux humidificateurs sur le marché. Remplissez-les avec de l'eau déminéralisée pour ne pas détruire le support (éponge, mousse pique fleurs) ou coupée avec une solution de propylène glycol qui a la propriété de laisser s'évaporer l'eau sous 70% HR et de créer un voile empêchant l'évaporation au-dessus de 70% HR. Le deuxième point à bien surveiller est l'homogénéisation de l'air de sa cave, pour les grandes caves, afin d'éviter des cigares trop humide près de la source d'humidité et trop sec à l'autre bout, généralement en haut de sa cave. Il faut donc ventiler régulièrement l'air dans la cave, de petits ventilateurs temporisés existent ainsi que des systèmes professionnels qui assurent toutes les fonctionnalités.
Les photos sont propriété du club.

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


Pourquoi 70% d'humidité ?

Les cigares sont des produits naturels hygroscopiques. Comme beaucoup de substances organiques et spécialement végétales, ils s'humidifient ou se dessèchent en prenant ou rendant de l'humidité à l'atmosphère ambiante.
Un cigare trop sec se consume vite. Sa température de combustion est trop forte, n'étant plus tempérée par l'humidité naturelle du cigare. La fumée est chaude, âcre à le gorge. Le cigare est agressif.
Un cigare trop humide se consume mal. Le tirage est difficile et des cratères se forment au point de combustion. La fumée est lourde, le goût heurté et piquant.
Pour être bon à fumer, le cigare doit contenir une quantité d'eau (humidité du cigare) de 13 à 14% de son poids total. La combustion est régulière et le tirage aisé. La fumée est légère, bleutée et la vapeur d'eau qu'elle contient en efface les effets irritants. Les qualités aromatiques du tabac se développent alors pleinement. Cette quantité de 13 à 14% d'humidité contenue dans le tabac correspond à l'équilibre avec une atmosphère autour de 70% HR. Voilà pourquoi il convient de stabiliser à environ 70% HR l'atmosphère dans laquelle seront conservés les cigares.
(source CREDO : http://www.credo.fr/fr/monde_credo_world/humidite_relative.htm)

Pourquoi est-ce plus difficile de maintenir l'hygrométrie constante à température plus élevée ?
L'humidité relative (HR) est le pourcentage de vapeur d'eau présente dans un volume d'air par rapport à la quantité maximale possible pour la même température. A la saturation d'humidité on est donc à 100% HR. Après, la vapeur condense en gouttelettes d'eau. Or comme nous le montre le diagramme psychrométrique ci-dessous, pour la même quantité d'eau (en gramme) dans un poids d'air sec (en kg) l'humidité relative est différente suivant la température. Ainsi, pour une hygrométrie de 70% HR à 15°C, elle ne sera plus que de 50% HR à 20°C, moins de 40% HR à 25°C et moins de 30% HR à 30°C ! Il faudra donc, en été, remettre de l'eau plus souvent dans nos humidificateurs. En hiver, au contraire, il faudra aérer la cave pour faire chuter son taux d'hygrométrie qui va croître lorsque la température va baisser pour ne pas atteindre, aux points les plus froids (vitre, paroi du bas), la saturation (atteinte du point de rosée) qui génère alors la condensation en gouttes d'eau néfastes si en contact avec les cigares.
Cliquez pour agrandir l'image
                        Cliquez sur le diagramme pour l'agrandir

Peut-on récupérer un cigare sec, qui n'a pas été conservé à bonne hygrométrie ?
Aucun problème, mettez-le dans votre cave et laissez le temps faire son œuvre réparatrice. N'essayez pas de l'humidifier trop vite, vous feriez éclater la cape. Mettez le simplement en cave à 70% HR, pas trop proche de l'humidificateur, et laisser le entre 15 jours et 2 mois suivant la longueur et le diamètre du module.

Avec trop d'humidité, mes cigares ont moisi, que faire ?
C'est effectivement une moisissure que vous voyez sous forme de tâches brunes plus ou moins foncées, ou verdâtres. Là encore, pas de panique. Ce n'est que superficiel et ça ne traversera pas la cape (ne laissez pas trop longtemps quand même) et n'altèrera aucunement le goût du cigare. Sortez-les de la cave trop humide et laissez cette dernière ouverte le temps qu'elle perde son excès d'humidité. Pareillement pour vos cigares, laissez- à l'air libre quelques jours (suivant l'hygrométrie de la pièce où ils sèchent) puis enlevez les tâches en frottant le cigare avec une brosse souple, un chiffon sec et doux ou les doigts mais délicatement pour éviter d'abimer la cape, et remettez-les en cave, cette fois-ci à bonne hygrométrie et l'incident est clos !

J'ai des doutes sur l'indication de mon hygromètre. Que faire ?
S'il est à aiguille, il y a de quoi avoir des doutes. Les hygromètres mécaniques à ressort (spirale) sont sans doute très bon marché (moins de 10€) mais de précision minable de l'ordre de 10 à 15% avec une très mauvaise stabilité en température et dans le temps. Vous pouvez bien sûr les étalonner régulièrement, mais mon conseil est d'en acheter un de meilleure qualité. Si pour des raisons esthétiques (ou autres) vous souhaitez garder un affichage à aiguille, achetez un hygromètre à cheveux (20 à plus de 100€, ne prenez pas les premiers prix). Bien plus précis, environ 5%, ils sont aussi beaucoup plus stables dans le temps, même si ils dérivent en température, ils restent assez précis dans la plage de 15 à 30°C. Ma préférence va aux hygromètres à affichage digital bien plus pratiques et dans une gamme de prix de 12 à plus de 80€. Là aussi, les précisions diffèrent d'un système à l'autre, de 2 à 8%. Lisez les caractéristiques avant votre achat, notamment pour la stabilité et pour le réglage lors de l'étalonnage. De plus ils disposent presque tous de l'affichage de la température car cette dernière est nécessaire pour assurer la précision de l'hygrométrie.

L'étalonnage de votre hygromètre. Quelque soit l'hygromètre acheté (sauf les très hauts de gamme), il est bon de l'étalonner avant utilisation, puis 1 à 2 fois par an. Pour cela, plusieurs possibilités :
Le 0% HR. Il correspond à un air sec, ce qui est le cas juste au-dessus d'un radiateur en fonctionnement. Inconvénient, l'hygromètre est à température élevé ce qui peut fausser sa mesure suivant sa qualité.
Le 75% HR. Il correspond à la liquéfaction du sel. Remplissez à moitié une tasse à café de sel (gros ou fin) de cuisine soit 12,5cl. Versez 5cl d'eau du robinet (1/4 de tasse), remuez une minute un mélange pâteux. Mettez la tasse et l'hygromètre dans une poche hermétique (ou un Tupperware), refermez, laissez à température ambiante mais stable (loin des courant d'air, du soleil etc) et au bout de 8 à 12 heures, vérifiez l'affichage. C'est l'étalonnage le plus précis et il est réalisé sur une valeur proche de notre utilisation. Inconvénient, l'attente de 8 à 12 heures dans une température stable.
Le 95 - 99% HR. La solution la plus facile mais la moins précise, recouvrir l'hygromètre une demi-heure d'un linge (gant) mouillé et il doit afficher 95 à 99% HR.
Le 99 - 100% HR. Mettez votre hygromètre au-dessus d'une casserole d'eau en ébullition, il doit afficher 99 - 100% HR. Inconvénient l'hygromètre est à température élevé ce qui peut fausser sa mesure suivant sa qualité.
Si votre hygromètre n'est pas réglable, collez une étiquette dessus avec l'erreur constatée qu'il faudra ajouter ou retrancher (mettez alors un - devant) à la valeur indiquée.

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


Quand fumer le cigare et quel module choisir ?

Bien sûr, la liberté la plus complète est laissée à chacun de fumer quand il veut et le cigare qu'il veut. Nous allons ici simplement donner quelques repères qui peuvent s'avérer forts utiles pour apprécier pleinement une vitole. En premier lieu, le fumeur de cigare ne peut profiter de son plaisir s'il sait qu'il ne nuit à celui d'autrui. Ainsi, nous ne fumerons le cigare qu'en bonne compagnie qui l'accepte volontiers et nous nous abstiendrons lorsque notre fumée peut gêner le voisinage et systématiquement en présence d'enfants.
Ensuite, certains moments sont plus propices que d'autres pour attaquer un cigare : la fin d'un repas, notamment en alliance avec quelques breuvages alambiqués, une pause dans la journée, seul ou avec d'autres amis fumeurs de cigare. Le lieu également importe, privilégiant les extérieurs et les espaces bien aérés. Mais ce qui va prévaloir sur toutes autres considérations, c'est votre état d'esprit. On ne fume pas un cigare comme une cigarette, par manque ou par habitude, on déguste un cigare. Il faut donc être prêt à "déguster" pleinement son module. De cette humeur de l'instant, le choix de la vitole dépend énormément. Mais avant de sélectionner sa vitole, définissons le module. Ce dernier va dépendre essentiellement du temps que vous avez à lui consacrer. Estimez au mieux ce temps de tranquillité disponible pour définir le module à retenir en fonction également de votre manière de fumer et donc votre vitesse de fumage. Les temps moyens pour fumer un cigare sont (pour les modules les plus courants) de l'ordre de :
Panatella (115 x 10,32mm) 45mn à 1h00,
Robusto (124 x 19,84mm) 1h00 à 1h30,
Corona (142 x 16,67mm) 1h15 à 1h45,
Churchill (178 x 18,65mm) / Piramides (156 x 20,64mm) 1h30 à 2h00,
Double Corona (194 x 19,45mm) 1h45 à 2h15,
et les nouveaux modules à la mode :
Short Robusto (101 x 19,5mm) 45mn à 1h15, Short Churchill (124 x 18,65mm) 1h à 1h30.
Ces temps de fumage varient d'un individu à l'autre et d'ailleurs aussi pour un même individu.
Ensuite, le ou les modules envisagés, et ce n'est pas le choix qui manque, vous pouvez regarder ce qui est en rapport et disponible dans votre réserve ou à la civette du coin où votre débitant peut être de bon conseil notamment pour découvrir une nouvelle vitole. Sélectionnez alors suivant votre humeur une vitole légère et/ou aromatique, corsée et plus ou moins puissante etc. Attention, les cigares les plus gros ne sont pas forcément les cigares les plus forts, loin de là, et les cigares les plus fins pas forcément les cigares les plus aromatiques.

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


La coupe et l'allumage du Cigare

La coupe du cigare. Là aussi, votre plaisir sera seul juge de votre façon de couper la tête du cigare. Il y a quand même quelques conseils à donner et quelques attitudes à proscrire. La coupe doit être franche et sans bavure. Privilégiez un bon outil comme les doubles guillotines ou ciseaux (photos ci-dessous) qui ont deux lames tranchantes arrondies portant ainsi la force de coupe sur une grande partie du cigare qui est ainsi coupé de part et d'autre. Les guillotines simples peuvent "écraser" le cigare au risque de le déchirer. Evitez les coupes en V qui créent une accumulation de goudrons et nicotine sur les bords. De même, introduire une allumette dans la tête pour tenir le cigare entre les dents ne peut que gêner le tirage et provoquer un nœud qui accumulera goudrons et nicotine rendant le final âcre et piquant.
Après c'est la sensibilité de chacun qui permettra de parfaire la coupe. Pour ma part, ma préférence va à une coupe juste au-dessous du début de la tête (sauf pour les obus où la distance sera plus grande) offrant ainsi un léger arrondi des plus doux et agréable aux lèvres comparé à l'arrête d'une coupe sur la partie droite, tout en laissant un tirage quasi maximal. De plus, une partie de l'habillage spéciale de la tête reste ainsi bien en place maintenant la feuille de cape qui à tendance à se dérouler lors de coupes trop hautes. Cette opération minutieuse peut avantageusement être réalisée avec un emporte-pièce (pratique qui remonte aux temps des cow-boys qui utilisaient une douille vide pour couper leur cigare) avec le problème qu'il faut une taille d'emporte-pièce pour chaque diamètre de cigare car un orifice réduit ne donne plus le plein tirage du diamètre avec l'aisance et la pleine saveur qu'il procure et peut entraîner les problèmes d'accumulation vus précédemment.

Pour l'allumage de votre cigare, toute source pouvant imprégner d'une odeur le cigare (briquet à essence, bougie, allumette parfumée ou à l'encens) est à proscrire. En effet, ces odeurs seront immédiatement absorbées par le cigare au risque de le gâcher. Les briquets à gaz ou les allumettes en bois feront très bien l'affaire. Même si quelques méthodes tiennent plus du spectacle que de l'efficacité, ainsi l'allumage avec la feuille de cèdre qui enveloppe le cigare (Cedros, tube) ou qui se trouve dans les boîtes, la flamme fait sensation, mais faites vite car le cèdre brûle rapidement et attention aux brûlures. Ou avec votre alcool d'alliance, retournez un verre à pied, versez quelques gouttes de votre alcool dans le creux du pied et flambez-le. Vous pouvez y allumer votre cigare en aspirant puisque les parfums dégagés sont ceux de l'alliance que vous dégusterez tout au long du fumage. Effet garanti.
Inutile de "lécher" votre cigare de tout son long par la flamme de l'allumette, cette pratique ancienne sensée enlever l'excès d'humidité de la cape, n'avait de sens qu'à l'arrivée de cigares en provenance des caraïbes, à l'époque par bateau.
Puisqu'aucune odeur ne doit être absorbée par le cigare, l'idéal sera quand même de pouvoir allumer son cigare sans aspirer pour ne pas l'imprégner des gaz brûlés et c'est là qu'interviennent les briquets chalumeaux dont la température de la flamme permet l'incandescence du tabac même sans l'oxygéner en aspirant. Les puristes iront jusqu'à boucher la tête (coupée lors du fumage à cru) avec le pouce pour s'assurer qu'aucune aspiration ne s'y produise. Allumez en premier le tour du pied du cigare de façon homogène puis le centre jusqu'à ce que toute la surface soit incandescente. Vous pouvez alors tirer vos premières bouffées. Si l'allumage ne semble pas homogène, n'hésitez pas à rallumer les parties concernées même en aspirant puisque le cigare est maintenant empli de sa propre fumée.
Peut-on rallumer un cigare non terminé ?
Oui, mais avec quelques précautions. Si on doit arrêter un cigare en cours, avant de le laisser s'éteindre seul, soufflez dedans afin d'en chasser toutes les fumées. Lorsqu'il est éteint, frottez la cendre pour en enlever le maximum ce qui facilitera son rallumage. Surtout ne le rangez pas dans votre cave car les odeurs de cendre et tabac froid imprégneraient les autres cigares. Vous pourrez ensuite le finir ultérieurement en soufflant à nouveau dedans juste avant son nouvel allumage.


Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


La dégustation du Cigare

Ca y est, la grande question est posée : "Comment fumer, comment déguster un cigare ?".
Là, vous êtes le seul concerné, fumez comme vous aimez. Il n'y a pas UNE façon de fumer le cigare, il y en a autant que de fumeurs ! Les quelques conseils pour la dégustation du cigare seront surtout de bon sens.
Avant de fumer notre cigare, nous allons le sentir, le toucher, le regarder. Rien de plus enivrant qu'humer à pleines narines les senteurs d'une boîte de cigares à son ouverture ou celles de sa cave. Tant de parfums qui sont tout à la fois souvenirs et promesses de plaisirs. Puis admirez votre cigare dans sa robe plus ou moins foncée, grasse et luisante. Et enfin sentez votre cigare rouler dans vos doigts, mou et ferme à la fois, d'une régularité dans sa densité, preuve de l'expertise du torcedor. C'est d'ailleurs lors de cette "manipulation" que l'on pourra détecter d'éventuels défauts du cigare. Si le cigare a des nœuds, des nervures restées d'un mauvais écotage, s'il est trop sec ou trop humide, si un défaut de fabrication rend le cigare trop serré et donc dur au toucher ce qui prédit un tirage difficile, etc...
"A cru". Puis vient le moment de la dégustation "à cru" c'est à dire avant d'allumer le cigare, dès que la tête est coupée. L'air aspiré à travers le cigare va nous permettre d'imaginer ce qu'il sera. De pressentir certains arômes. Ces préliminaires participent au contentement global du cigare et de plus font saliver ce qui est primordiale pour solubilisation des substances sapides et donc la détermination des goûts par nos papilles.
Ensuite, après l'allumage, le cigare est généralement "découpé" en trois parties (tiers) surnommées le foin pour la première partie (1er tiers partant du pied) car le début du cigare a tendance à être léger et plus aéré. Le divin pour le tiers du milieu car les arômes ont progressés et évolués tandis que la force, la puissance s'installe. Et le purin pour le tiers final (jusqu'à la tête du cigare) car la concentration des goudrons et nicotine peut amener une certaine âcreté ou du piquant. Bien que restrictive, cette découpe en trois parties permet assez souvent de définir sa vitole en cours de fumage, même si certains cigares sont très linéaires et ne forme qu'une partie, d'autres seulement deux parties et d'autres encore ont de nombreuses évolutions. De même les appellations caricaturales peuvent se rapprocher du ressenti d'un cigare, même si, heureusement, certains cigares sont "divins" du début à la fin, à s'en brûler les doigts tant on ne veut rien en perdre.
Pour bien apprécier toutes les nuances présentent dans le cigare, faites "rouler" la fumée en bouche afin d'atteindre le maximum des papilles gustatives de la bouche qui, pour les goûts élémentaires se situent sur le devant de la langue pour le sucré puis de chaque coté pour le salé puis sur les cotés arrières pour l'acide et en fond de langue pour l'amer. Essayez aussi la rétro-olfaction en amenant la fumée en fond de gorge (quitte à en avaler un peu) et rejetez-la par le nez. Tentez le plus souvent possible de mettre des noms sur les goûts et les sensations que vous procure votre cigare car ainsi vos échanges avec les autres amateurs en seront plus précis et votre continuel apprentissage du goût en sera facilité. Car votre goût évolue et si vous notez vos sensations sur une vitole à un moment donné, vous verrez quelques années plus tard que votre approche en est toute différente. Il est aussi vrai que les cigares eux aussi évoluent et qu'en tant que produit artisanal 100% naturel, ils peuvent être différents parfois dans une même boîte !
En cours de fumage, posez votre cigare en position horizontale sur le cendrier et non en biais sur le fond du cendrier pour éviter un défaut de combustion. Lorsque le cigare est terminé, en respect de cette matière noble qui a nécessité tant de soins pour sa confection et nous a donnés tant de plaisir, on ne l'écrase pas, on le laisse mourir tranquillement.

Concernant la dégustation du cigare, n'hésitez surtout pas à lire ce témoignage poignant "Ma première expérience du Cigare" vu par une femme (cliquez ce lien).

Une règle d'or est que le cigare est et doit rester un plaisir. On ne se force jamais à fumer. Dès que pour quelque raison que ce soit l'envie du cigare n'est plus (cigare devenu âcre, piquant, amer, lourd, saturant, etc.) ou simplement décevant, il ne faut pas hésiter à le poser et le laisser s'éteindre de lui-même. On ne se force jamais à fumer, même pour faire plaisir à celui qui nous a offert le module ou pour "rentabiliser" une vitole coûteuse.
Doit-on enlever "la bague" du cigare avant de le fumer ? Comme vous le souhaitez. Si vous ne voulez pas "afficher" votre module car allergique aux fumeurs de bagues, ou simplement fumer votre cigare sans en dévoiler l'origine, ne serait-ce que par égard aux autres fumeurs de cigare disposant d'une vitole de moins bonne facture que la votre, vous pouvez enlever la bague. Attention néanmoins, car cette dernière est souvent collée à la cape qu'il ne faut surtout pas déchirer. Commencez de fumer votre cigare car la chaleur permet de mieux décoller la bague du cigare.

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


Les alliances du Cigare

Là, notre cœur balance entre épicurien et hédoniste, prendre ce qu'il y a ou aller chercher ce qui va avec ! Et oui, le cigare, s'il se suffit à lui-même, s'enrichi d'une alliance bien accordée. Et notre beau pays est riche de ces boissons plus ou moins alambiquées qui révèlent un cigare comme elles se dévoilent à son contact ! Là encore, à chaque généralité il y a ses exceptions et votre goût sera le juge suprême de vos préférences. Donc en général, il ne faut pas "heurter" ou "confronter" deux caractères identiques. Un cigare puissant voire agressif donnera tout son éclat sur la douce rondeur d'un vieux madère. A l'inverse, un cigare aromatique tout en finesse se verra révélé et accentué par la tonicité d'un Armagnac XO.
Quels alcools utiliser ?
Ne vous imposez pas de limite et ayez l'audace d'oser. Bien sûr, il y a les classiques Armagnac et Cognac, mais aussi les vieux Rhums (Martinique (AOC), Cuba, Saint-Domingue, les Caraïbes en général, Guyane, Maurice, etc), des vieux Porto ou Madère, des Maury ou Maydie, les Pineau, Baume et autres Muscat. Possible mais avec prudence les alcools forts, schnaps (eau de vie) ou marc. Des essais à l'infini avec les Whisky et Bourbon. Et enfin, tout simplement avec de grands vins (dont les Champagnes) qui se marient excellemment avec le cigare. Des alliances peuvent se faire aussi avec des mets. Ainsi le chocolat accompagne parfaitement les vitoles au point de voir apparaître sur le marché des chocolats au tabac !
Peut-on faire des alliances avec des boissons non alcoolisées ?
S'il est vrai que nous trouvons fréquemment des alcools en alliance avec les cigares, ce ne sont pas les seules possibilités.
Dans le cadre des boissons chaudes, vous avez les thés qui sont de superbes alliances. Là également une passion est possible tant il y a de variété, de terroir et de subtilité dans les arômes. Donc des alliances (presque) à l'infini à découvrir et tester.
Il est réputé que chocolat et cigare se marient parfaitement, alors n'hésitez pas à réaliser des alliances de cigares et chocolats chauds. De même, soyez curieux sur les chocolats utilisés, sur le taux de cacao, leurs origines, faites aussi des mélanges. La cuisson participe aussi à la réussite et notamment à l'ancienne, remuer lors de la cuisson jusqu'à ébullition pour garantir un crémeux exceptionnel avec une bonne concentration d'arômes.
Les cafés sont aussi possibles, mais plus délicats car il est difficile de boire un volume conséquent de café en rapport avec le temps de fumage relativement long.
En boissons froides, en général on proscrira les boissons "glacées" car le froid empêche la perception et le développement des arômes. Mais à température ambiante, vous pouvez faires des alliances avec des jus de fruits et des cocktails (avec ou sans alcool) où on cherchera toujours à avoir une boisson subtile avec une belle palette aromatique pour permettre l'alliance.
Comme pour les alcools, choisissez vos cigares rarement en confrontation avec votre alliance (fort contre fort, marqué /marqué, très aromatique / très aromatique etc...) mais plutôt en complémentarité pour qu'ils se subliment l'un l'autre.

Bref, à vous de faire des essais pour trouver des alliances surprenantes qui donnent la part belle aux goûts et sensations ! Et n'hésitez pas à nous faire part de vos réussites ou déceptions.

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article


Les termes du Cigare

Voici un petit lexique qui vous guidera dans les mots les plus utilisés dans le petit monde du cigare :
Aficionados des fans. Comme pour d'autres disciplines comme la tauromachie, ce terme désigne des amateurs enthousiastes
Astragale Colle végétale naturelle utilisée pour tenir la sous-cape et la cape. Sans odeur ni saveur, elle n'altère aucunement le goût du cigare
Bague Anneau de papier qui entoure le cigare conçu à l'origine pour protéger les gants blancs des fumeurs, elle est depuis utilisée pour enjoliver la vitole et identifier la fabrique
Cabinet Boîte haute où sont rangés les fagots de 50 cigares
Capa ou cape La demi-feuille extérieure qui entoure la sous-cape. Souple, soyeuse, de couleur unie elle doit être sans défaut
Capote ou sous-cape Deux demi-feuilles résistantes qui enveloppent la tripe et forment ainsi la poupée. Prises parmi les plus grandes feuilles de volado
Cepo Gabarit utilisé pour mesurer le diamètre et la longueur d'un cigare achevé, Indique le diamètre d'un cigare donné en 64ème de pouce.
Chaveta Lame semi-circulaire coupante et sans manche qu'utilisent les torcedores
Claro Couleur du cigare (de la cape) la plus claire qui soit
Colorado Couleur du cigare (de la cape) soutenue. Colorado claro pour marron clair ou colorado maduro pour marron foncé
Corojo Variété de graine de tabac utilisée pour obtenir les feuilles de cape. Sa culture se fera à l'abri partiel du soleil sous tapados
Criollo Variété de graine de tabac utilisée pour obtenir les feuilles de tripe. Résistant aux rayons du soleil, il sera cultivé en plein air
Culebra Signifie couleuvre, serpent. Désigne trois cigares torsadés liés ensemble permettant à l'origine aux torcedores en "prenant" un cigare d'en avoir trois
Demi-roue Fagot. Botte de 50 cigares enrubannée. Quart de roue = 25 cigares
Ecoter Manipulation permettant d'enlever la nervure centrale de la feuille de tabac. L'écotage se fait entre deux fermentations sauf pour les capes qui sont écotées à la manufacture
Emporte-pièce Coupe cigare cylindrique creux qui s'enfonce dans la tête et dans l'axe du cigare, permettant de l'ouvrir par un cercle qui n'abime pas les bords arrondis de la tête. Provient des douilles vides utilisées par les cow-boys. Attention, son diamètre doit être en rapport avec celui du cigare
Figuraro Un cigare non cylindrique, pointu à un bout. On parle également d'Obus, Piramide, Pyramide, Torpedo, Campana ou Exquisito. Double figurado si pointu des deux cotés
Fumigation Traitement effectué à la fabrique permettant d'éliminer les parasites des feuilles de tabac, notamment les lasiodermes. Une autre fumigation se faisait sur les cigares achevés. Aujourd'hui cette étape est remplacée par la congélation systématique des cigares tuant les larves et n'altérant pas le goût des cigares
Galera ou galère Atelier où sont confectionnés les cigares faits main
Guillotine Coupe cigare composé d'une lame en biais type guillotine sensée couper le cigare sans l'écraser. Préférer les coupes cigare à deux lames incurvées qui répartissent les efforts de coupe sur tout le pourtour du cigare. Terme générique pour les coupes cigare à lame(s)
Humidor Désigne une cave à cigares équipée d'un système d'humidification pour conserver les cigares autour de 70% d'humidité relative
Libra de pie ou Libre de pie Feuilles basses au pied de la plante, juste au-dessus du sol
Liga ou ligada Mélange des feuilles composant le cigare et qui lui donne son caractère unique
Ligador Ou Maestro Ligador, la personne responsable de la liga ou ligada, assemblage des tabacs
Ligero Classe (tiempos) de feuilles de tripe. Même si ligero signifie léger, ce sont pourtant les feuilles qui donnent la force et la puissance. Elles sont généralement de couleur foncée
Maduro Couleur du cigare (de la cape) très foncée
Module Indique une taille standard (longueur et diamètre voire poids) de cigare que l'on peut retrouver dans différentes marques
Pied Extrémité du cigare par lequel on l'allume. Il est rarement fermé
Poupée Partie intérieure du cigare située sous la cape et composée de la tripe enroulée dans la sous-cape
Puro Cigare dont tous les tabacs (tripe, sous-cape et cape) proviennent d'un même terroir, fait intégralement à la main
Robe Terme équivalant à la cape
Seco Classe (tiempos) de feuilles de tripe. Celles qui donneront principalement les arômes au cigare
Tapado Signifie couvert. Désigne la culture sous voile de mousseline des feuilles de cape. Ce voile filtre les rayons du soleil pour permettre des feuilles plus souples, plus grandes et plus soyeuses
Tête Extrémité du cigare que l'on met en bouche pour aspirer la fumée de combustion du cigare. Elle est fréquemment fermée, c'est la partie de cape la plus délicate à réaliser
Tiempos Signifie classes. Désigne les différentes sortes (classes) de feuilles utilisées pour réaliser la tripe suivant la liga
Torcedor ou torcedora Rouleur ou rouleuse, personne qui roule (confectionne) les cigares.
Totalmente a mano Intégralement fait main. Permet de différencier les cigares fait main des semi-mécanisés qui utilisent l'appellation Hecho a mano
Tripa ou tripe C'est le cœur du cigare, la liga, qui donnera au cigare ses arômes, sa puissance bref son caractère
Tripa Corta ou tripe courte Tripe réalisée avec des feuilles "battues", c'est à dire coupées, souvent réalisée avec les chutes des feuilles de tripe
Tripa Larga ou tripe longue Tripe allongée réalisée avec des feuilles de tabac entières
Vega Plantation. C'est le lieu où sont cultivées puis récoltées les feuilles de tabac et enfin séchées
Veguero Ouvrier travaillant à la plantation notamment à la récolte faite à la main qui est très éprouvante car les feuilles de tabac sont très grasses et vous enduisent d'une graisse noirâtre
Vitola ou vitole Signifie un cigare précis de module et marque définis. A Cuba il équivaut à module. Vitola de Galera nom d'un module donné par la fabrique. Vitola de Salida appellation commerciale d'un module
Vitophile Désigne le collectionneur de bagues de cigare. Vient du fait que Vitola signifie bague en Espagne
Volado Classe (tiempos) de feuilles de tripe. Feuilles du bas de la plante. Légère en arôme et puissance, elle est utilisée pour permettre une bonne combustion
Volute Effluve de fumée qui s'échappe du pied du cigare. Fumée blanche et bleutée qui s'élève vers les cieux en une danse torsadée et majestueuse au rythme des courants d'air

Retour au sommaire                 Réagissez à cet article

Ce site ne fait ni la propagande ni la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac
Fumer tue. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.

Haut de Page